la provence blog voyage

Une semaine passée à sillonner les villes et villages de Martigues au Cap d’Ail nous aura permis de ralentir la course effrénée de notre quotidien. A peine nos valises posées dans notre logement à Nice, nous nous sommes sentis à la maison en un instant.

Jean Gionno disait que « la Provence dissimule ses mystères derrière leur évidence ». Je dirais qu’il faut le vivre une fois pour le comprendre. Pour apprécier la magie qui règne en ces lieux et pour s’enivrer de cette joie de vivre contagieuse.

L’agitation du Marché Provençal d’abord, où les produits locaux et d’ailleurs prennent place sur les étals et nous transportent par leur odeur envoûtante. Celle des épices qui viendront assaisonner les grillades du dimanche midi dans le jardin de la maison familiale, les herbes de Provence pour accompagner les tians de légumes et les étoiles de badiane pour les plats venus d’Asie.

La lavande, que l’on retrouve déclinée sous plusieurs formes. En brins dans les boutiques qui jonchent les ruelles étroites et colorées dans la vieille ville comme à Antibes. Ou en savon dans la parfumerie Gallimard à Eze, que l’on retrouvera jusque sur la vasque de la salle de bain de notre Airbnb.

Cet environnement idyllique, qui nous donnerait envie de rendre les clés de notre appartement et de venir vivre dans cet écrin de beauté et ne plus jamais en repartir. Une envie qui ne nous lâchera pas du séjour.

Ces promenades le long de la mer où l’on s’enivre de l’odeur des pins. Les jardins, emplis de fleurs tantôt violettes ou tantôt roses, dans lesquels on se repose volontiers à l’ombre après une balade ou pour déjeuner face à la baie comme à Villefranche-sur-mer.

Son architecture et ses bâtiments emblématiques comme la Villa Ephrussi de Rotschild ou la Villa Kerylos où ont eu lieu des pans de l’histoire, que l’on prend plaisir à visiter pour leur démesure, leur grandeur et leur beauté qui nous feront longuement rêver.

L’hospitalité et la gentillesse de ces personnes que l’on croise et qui s’arrêtent volontiers pour nous aider à trouver notre chemin quand on s’égare au détour d’une rue, ou simplement pour nous faire visiter une partie de leur région.

Mais surtout, où l’on prend le temps, le temps de vivre. Merci pour ces souvenirs que l’on va chérir encore longtemps.

Angélina.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux ! Vous pouvez aussi nous suivre juste ici pour être au courant lorsqu’un article est publié :

Facebook – Twitter – Instagram  – Pinterest